Cyprien GaillardEntre iconoclasme et esthétique minimale, romantisme et Land Art, le travail de Cyprien GAILLARD (né à Paris en 1980, vit et travaille à Berlin) interroge la trace de l'homme dans la nature et face au passage du temps. À travers ses sculptures, peintures, gravures, photographies, vidéos et performances, mais aussi d'importantes installations et interventions dans l'espace public, Cyprien GAILLARD s'est imposé comme une figure majeure de la scène artistique internationale émergente.

Qu'il commande à un peintre paysagiste des vues champêtres de banlieues suisses, cadrant au sein de leur environnement naturel verdoyant des barres d'immeubles austères (Swiss Ruins, 2005), ou qu'il insère des tours modernistes dans des gravures paysagères hollandaises du XVIIème siècle, transformant ainsi les visions naturalistes de REMBRANDT et autres en terrains à bâtir (Believe in the Age of Disbelief, 2005), Cyprien GAILLARD représente l'architecture contemporaine comme une ruine moderne sur le point d'être envahie par la nature. En cela, il applique métaphoriquement le précepte de Denis DIDEROT selon lequel « Il faut ruiner un palais pour en faire un objet d'intérêt. », comme le peintre ruiniste Hubert ROBERT le fit avec le Louvre au XVIIIème siècle.

Dans sa série The New Picturesque (depuis 2007), Cyprien GAILLARD questionne la représentation de la nature à travers la notion de "pittoresque", littéralement "Ce qui mérite d'être peint" : à l'origine, au XVIIIème siècle, un paysage dur ou accidenté, avant de s'édulcorer pour ne plus désigner qu'un paysage à la joliesse un peu mièvre. Intervenant avec de la peinture blanche sur des peintures de paysage du XVIIIème ou XIXème siècle, ou avec des découpages de papier blanc sur des cartes postales de châteaux, Cyprien GAILLARD en recouvre les éléments narratifs, révélant ainsi leur qualité pittoresque originelle.

Cette série fait écho au geste minimal de celle des Real Remnants of Fictive Wars (2003-2008), performances de Land Art, documentées en vidéos et photographies, où l'artiste déclenche des extincteurs industriels dans des paysages soigneusement choisis, comme par exemple l'iconique Spiral Jetty de Robert SMITHSON, produisant un nuage aussi vaporeux que menaçant qui souligne la beauté des lieux tout en les vandalisant.

Cyprien GAILLARD explore la notion d'entropie chère à SMITHSON, en la confrontant à des questions telles que le vandalisme, la décadence des utopies modernistes et la spectacularisation de la nature. Par exemple, la vidéo Pruitt Igoe Falls (2009) qui mêle en un fondu enchaîné la démolition nocturne d'une tour à Glasgow et l'illumination des chutes du Niagara. Ou bien la vidéo Crazy Horse (2008), consacrée à la sculpture monumentale, la plus grande au monde, du chef amérindien, en train d'être taillée au bulldozer et à l'explosif dans une montagne sacrée – une façon parfaitement entropique de célébrer le lien des Amérindiens avec la nature. Ou encore la série des Cairns (depuis 2007), photographies d'amas de gravois prises juste après la démolition d'immeubles dans le cadre de réhabilitations urbaines, qui reprennent les codes de la photographie de Düsseldorf – monumentalité, frontalité, absence de narration – tout en les poussant à leur stade ultime : au lieu d'un bâtiment moderniste arrogant, n'en subsiste plus qu'une pyramides de ruines.

Sur le mode d'une "archéologie du futur", Cyprien GAILLARD collecte ces occurrences d'entropie dans son impressionnante série de Geographical Analogies (2006-2009), boîtes rappelant les vitrines des musées d'histoire naturelle et contenant chacune neuf polaroids pris par l'artiste aux quatre coins du monde et assortis selon des analogies parfois évidentes pour le spectateur, parfois personnelles à l'artiste.

Mais de la même façon qu'Hubert ROBERT, en représentant le Louvre en ruine, ne parlait pas tant d'architecture que de la place des hommes dans cette architecture et face aux ravages du temps, les immeubles en ruines et les paysages voués à disparaître de Cyprien GAILLARD ramènent romantiquement l'homme à sa propre et inéluctable destruction. L'obsolescence programmée des architectures est aussi celle de la jeunesse qui s'y débat, que l'artiste constate et célèbre dans le même temps.

Ainsi, dans la vidéo The Lake Arches (2007), un jeune homme se casse le nez après avoir plongé dans un plan d'eau ceinturant une emblématique architecture postmoderne de logements sociaux de Ricardo BOFILL, comme des douves protégeant une forteresse impénétrable pour cette génération pourtant née en même temps qu'elle. Ou la vidéo Desniansky Raion (2007), qui alterne entre ordre et chaos, d'une bataille rangée entre deux bandes de hooligans dans une banlieue de Saint-Pétersbourg au survol d'une forêt de tours grises de la banlieue de Kiev, d'où finit par émerger un parfait ordonnancement circulaire évoquant le site mégalithique de Stonehenge, en Angleterre, en passant par le spectacle grandiose mêlant lumières, lasers et pyrotechnie sur la façade d'une barre HLM avant qu'elle ne s'effondre foudroyée. Ou bien encore Cities of Gold and Mirrors (2009), la dernière vidéo en date de Cyprien GAILLARD, qui met en parallèle déréliction de la jeunesse et ruine des civilisations précolombiennes à Cancún, au Mexique.

Cependant, dans un mouvement d'éternel recommencement, ces destructions s'accompagnent de renaissances, et Cyprien GAILLARD a commencé à créer son propre "parc aux ruines", constitué de monuments disséminés dans le monde : une monumentale sculpture en bronze d'un canard, ancien symbole d'un quartier moderniste de Paris hier à l'abandon, aujourd'hui en pleine réhabilitation, déplacée dans différents contextes, comme par exemple la terrasse de la Neue Nationalgalerie de Berlin (Le Canard de Beaugrenelle, 2008). L'allée principale du château de Oiron couverte de gravats recyclés issus de la démolition d'une tour d'Issy-les-Moulineaux, obligeant le visiteur à marcher sur les ruines de l'utopie moderniste pour accéder à un chef d'œuvre du patrimoine (La grande allée du château de Oiron, 2008). Un obélisque de 15 tonnes en béton recyclé après la démolition d'un immeuble de logements sociaux de Glasgow (Cenotaph to 12 Riverford Road, Pollokshaw, Glasgow, 2008). Ou récemment, à La Haye, l'excavation d'un bunker de la Seconde Guerre mondiale enfoui et oublié sous une dune de sable, faisant resurgir, comme l'imaginait Paul VIRILIO dans Bunker Archéologie, un monolithe brutaliste de béton en même temps que la mémoire oubliée de la ville (Dunepark, 2009).