jameshopkins James HOPKINS
Wasted Youth

Vernissage le mercredi 15 mars 2006, de 18 à 21 heures
Exposition du 16 mars au 13 mai 2006, du mercredi au samedi, de 14 à 19 heures

James HOPKINS utilise des moyens éminemment rationnels pour créer un art qui trompe les attentes logiques du spectateur. Il transforme avec malice des objets du quotidien, y introduisant via de légères altérations à la fois un dysfonctionnement voire un changement de nature, des commentaires sur leur nature et leur usage, ainsi qu'un caractère improbable et déroutant. Les illusions visuelles sophistiquées de ce jeune artiste anglais sont engageantes, mais ses travaux évoquent aussi le sentiment déstabilisant de découvrir que la vue, celui de nos sens que nous pensons le plus fiable, et le plus sollicité dans une galerie, peut nous trahir.

Pour Wasted Youth ("jeunesse perdue" ou "soûle", c'est selon), sa deuxième exposition à Cosmic Galerie, James HOPKINS présente une série de nouvelles sculptures sur le thème de la récréation et de l'excès.

En prélude à l'exposition, Echo fusionne langage et perception visuelle : des lettres posées sur une étagère forment le mot "ECHO" et se reflètent dans un miroir. Toutes les lettres étant symétriques, leur réflexion répète le mot "ECHO", comme une définition visuelle et synthétique du mot.

Dans la salle principale, Double Check présente sur le même principe le mot "CHECK" (vérifier). Par réflexion dans un miroir, la répétition de "CHECK" justifie le jeu de mot du titre de l'œuvre, invitation faite au visiteur à y regarder à deux fois.

Donnant son titre à l'exposition, Wasted Youth consiste en une étagère murale chargée d'objets évoquant l'adolescence, ses plaisirs et ses débordements. Dans la disposition générale des objets, dont certains sont coupés ou tronqués, à travers les pleins et les vides de la perspective, apparaît l'image d'une tête de mort surdimensionnée. Comme dans le célèbre tableau Les Ambassadeurs (1533) de Hans HOLBEIN le Jeune, James HOPKINS fait ici converger deux traditions picturales nées à la Renaissance : d'une part celle de l'anamorphose – où une image naît d'une perspective distordue –, d'autre part celle de la vanité – ces natures mortes représentant des objets symboles de la fragilité et de la brièveté de la vie, dont le crâne humain est un des plus courants, et invitant à méditer sur la futilité des plaisirs terrestres face à la mort inéluctable. Ce memento mori ("souviens-toi que tu vas mourir") en trois dimensions est à la fois transposé dans l'univers d'un adolescent contemporain et attaché à une narration : les objets mis en scène sont les scories d'une fête qui aurait mal tourné, où les excès et la recherche du plaisir immédiat auraient trouvé une fin funeste.

Autre anamorphose, Sliding the Scale montre l'intérêt de James HOPKINS pour le monde des dessins animés. L'œuvre consiste en effet en un piano à queue distordu de telle façon qu'il semble capturer visuellement le son et le mouvement associés à la musique, comme dans le chef d'œuvre de Disney Fantasia, où les objets deviennent animés, et même personnifiés.

Kicks in the Park est un banc public maintenu dans un équilibre fragile sur deux pieds par des bouteilles de bière qui agissent comme contrepoids. Entre trivialité et érudition, l'œuvre évoque à la fois le désœuvrement malsain d'adolescents picolant dans un jardin public et le rôle central de la notion d'équilibre dans l'histoire de la sculpture, paradoxalement obtenu ici à l'aide de bouteilles d'alcool.

Focal Length est composée d'une bouteille d'alcool posée horizontalement sur un trépied en bois, le dispositif rappelant les premiers appareils d'optique. Pour qui regarde par le goulot, un ingénieux système de miroirs placé à l'intérieur produit un effet kaléidoscopique qui déforme l'environnement observé et procure un sentiment d'ébriété, clin d'œil au célèbre mot d'Oscar WILDE « étendu dans le caniveau mais regardant les étoiles ».

Quant à la serre d'Acid Rain, ses parois en miroir la transforment en chambre kaléidoscopique, où le chemin visuel du visiteur est réfléchi en un énigmatique effet de répétition et d'infini. L'œuvre mixe ainsi l'image familière d'une serre et l'expérience déroutante d'un palais des miroirs de fête foraine, entre préoccupation climatique et clonage visuel.

Dans une deuxième salle, Kyle, Kenny, Stan and Cartman utilise également le principe de l'anamorphose, l'appliquant cette fois à l'imagerie populaire contemporaine : à première vue composition abstraite de formes et de couleurs en plastique, la sculpture, observée depuis un certain point, se révèle être une représentation des célèbres personnages de la série animée satirique South Park - incarnation humoristique de la vieille antienne selon laquelle il n'y aurait plus de jeunesse.